À la hauteur d'un
tableau d'Hopper

3V — Genève

Un appartement-terrasse aux intimités multiples. Dans un décor à la Hopper, une intervention confinant à de la haute couture architecturale.

La cathédrale, le Salève, le Jet d'eau en étirant le regard... depuis la terrasse créée ex nihilo sur un classique toit pentu genevois, la vue panoramique l'horizon en un balayage à 360°. Longue d'une vingtaine de mètres, séquencée de multiples bacs à plantes, elle est un ponton de teck ouvert aux quatre vents où, capitaine Achab de circonstance, on a l'impression de fendre la mer des toits environnants. À moins que ce ne soit un jardin suspendu... Un rectangle de fêtes jusqu'au nuitiste... Un terrain propice à une envolée titaniquienne...

Partie de la surface en est recouverte d'une pergola préfabriquée qui vient épouser la structure existante, protéger la cuisine extérieure. Les lames qui la recouvrent, amovibles et inclinables selon l'orientation du soleil, sont un prémice de la geste architecturale qui se déploie à l'étage inférieur, le prolongement d'une intervention qui a de la suite dans les idées.

Un appartement rayonnant
Basiquement, c'est un appartement de 213 m2 construit dans un ancien galetas dont le programme permet d'accueillir un couple avec enfant. On dit ça parce qu'il y a deux chambres avec salles de bains attenantes. Pratiquement, c'est un jeu de cache-cache architectural où les espaces évoluent au gré des envies de son usager. Pour ce faire, le parti-pris en a été d'exploiter au plus près les volumes à disposition tout en composant avec de grosses contraintes existantes (l'ascenseur de l'immeuble, les systèmes de mise en surpression...).

Reprise de mandat en cours de chantier d’un autre bureau d’architectes, sous l’égide des conseillers des propriétaires de la régie Moser-Verbet & Cie SA, l'espace a été entièrement revu et augmenté en mètres carrés. L'appartement a comme été repoussé aux limites de ses volumes.

Lire la suite

2016 / Client privé

Collaborateur du projet : Xabier Calvo

Photographies © Dylan Perrenoud

Espaces Contemporains